All in tubes

Toutes les informations sur les tubes du moments

URS ont la parole

71 % se fient surtout à RioT pour choisir leurs cassettes.

Voilà un pourcentage qui nous honore, mais pouvions-nous en attendre moins de la part de nos lecteurs ? 15,2 % se fient essentiellement à leur vidéoclub et 13,8 % se basent d’abord sur la jaquette des cassettes. Les images sont-elles bonnes ? Oui, estiment 557,% de nos sondés contre 8,9 % seulement qui les trouvent médiocres et 35,4 % inégales. Rassurant enfin : 65 % estiment leur vidéoclub bien achalandé et 88,8 % affirment n’avoir jamais eu de litige à propos d’une cassette endommagée.

59,3 % préfèrent les nouveautés aux grands classiques.

Le pourcentage est inférieur à la réalité marchande. Lorsque 65.5 % ajoutent qu’ils n’ont aucun a priori contre le noir et blanc, on est bien obligé de constater qu’ils ne concrétisent pas cette opinion par des locations de cassettes ! Ou alors, les cinéphiles se mettent à envahir doucement la vidéo (et cela permettra à terme de réactiver quelques catalogues en sommeil !).

70 % préfèrent les films en version française.

Là encore, on ne «sent» pas encore les 30 % partisans des VO très influents sur le marché, mais il est vrai que la VO passe mal sur le petit écran. En ce qui concerne les bandes annonces sur les cassettes, 60,7 % se disent intéressés, mais 14,1 % seulement se laissent influencer pour leurs futures locations.

67 % estiment la vidéo «différente» du cinéma.

Non, la vidéo ne « pique »pas de clients au cinéma puisque 67 % estiment que c’est un plaisir différent. Parmi les 33 % complémentaires, 17 % pensent que le plaisir vidéo est «aussi fort». Les «plus fort» et les «moins fort» s’annulent avec des pourcentages quasi identiques.

63,6 % trouvent la publicité sur les cassettes supportable, voire sympa !

Surprenant résultat. Encourageant pour les éditeurs qui ont défriché la formule et pour les régies qui envisagent de se positionner sur ce créneau. Un tiers seulement de nos lecteurs trouve le procédé insupportable.

Proserpine, N° 1 de la communication vidéo.

A la question «quel est selon vous l’éditeur qui fait le mieux sa publicité», 45.8 % ont cité Proserpine, 35,9% ont cité René Château et 9,8% Warner. UGC, Hollywood Vidéo, RCV et quelques autres se partagent 8,5 % des voix.

79 % ont déjà eu envie de louer un film X!

Voilà une belle franchise. Si l’on ajoute que 61,5 % reconnaissent avoir concrétisé cette envie, on doit bien convenir que le genre «classé X» est totalement démarginalisé et déculpabilisé. Nous avons omis de faire préciser le sexe dans les réponses, c’est vrai…

73 % achètent de 1 à 3 cassettes vierges par mois.

Ceux qui en achètent entre 3 et 5 représentent encore 19 %, ce qui n’est pas négligeable. Côté stockage, 45 % affirment posséder plus de 20 cassettes, et 29 % de 10 à 20 cassettes. En ce qui concerne les standards, c’est le VHS qui est leader avec 84,6 %.

92,2 % trouvent la redevance magnétoscope scandaleuse.

Seulement 7,8 % choisissent l’adjectif «civique» pour la qualifier ! Pas étonnant qu’à ce jour 283 000 seulement des 1 200 000 possesseurs de magnétoscopes se soient acquittés de la taxe !

17,7 °A ont choisi un magnétoscope portable.

Nos lecteurs sont dans la norme nationale. Mais il faut préciser que 17,1 % seulement des possesseurs de portables ont acheté la caméra en même temps. Pour les autres, il s’agit d’un achat différé. Quant à la vidéo lourde, c’est-à-dire la télé projecteur, son image est considérée comme non satisfaisante par 61,3 % des sondés. La stéréo en vidéo ? 49 % la jugent utile et 45 % accessoire. Bizarre…

40,7 %possèdent plus de deux téléviseurs.

Voilà qui confirme la tendance à «bien consomme» de nos lecteurs. En ce qui concerne les accessoires vidéo, 43 % disent posséder une cassette nettoyante et 38 % une prise péri télévision. 13 % ont un kit de copie et 6 % un ampli vidéo.

45 % croient en l’avenir du magnétoscope.

Même si 63 % pensent que les matériels actuels seront périmés dans moins de 10 ans, c’est quand même le magnétoscope qui est considéré comme gagnant pour l’avenir. Le câble est cité en 2eposition avec 35 % et le vidéodisque ne réalise que 20 % des voix. Finalement, un certain bon sens émerge de ces réponses… qui ne manqueront pas de soulever des discussions chez les économistes et les statisticiens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>